Transformer les mondes virtuels interactifs en lieu de tournage

Nombreux sont les jeunes joueurs qui aujourd’hui détournent les jeux vidéos pour capturer des séquences, les monter et réaliser leurs propres films. C’est ce que l’on appelle le « machinima ». L’intérêt est de disposer de manière simple d’un monde virtuel, d’acteurs virtuels et de pouvoir jouer des scènes en temps réel. Cette technique est toutefois souvent réservée aux gamers les plus aguerris, qui connaissent parfaitement les rouages du jeu vidéo pour le détourner de son usage initial.

S’inscrivant toujours dans une démarche de démocratisation de la 3D, Dassault Systèmes a lancé il y a un an le premier service en ligne accessible gratuitement, www.tvnima.com pour réaliser de véritables émissions de télé en utilisant son double virtuel 3D, créé à partir de ses propres photos et en y ajoutant différents contenus (photos, vidéos etc.). En 2008, en co-produisant le documentaire Khéops révélé, Dassault Systèmes a tourné en un temps record l’ensemble des séquences 3D, en « filmant » dans le monde virtuel, caméra à « l'épaule » comme on l’aurait fait dans le monde réel.

Avec le projet mené par Dassault Systèmes pour Arthur et la vengeance de Maltazard, le monde virtuel créé pour les différentes expériences 3D autour du film, a permis en plus des clips 3D créés par les utilisateurs , de mettre au point en moins d’une semaine, l’ensemble des animations du spectacle La Féérie des eaux du Grand Rex. Des comédiens revêtus d’une combinaison sans fil nouvelle génération munie de capteurs magnétiques donnent vie en temps réel aux personnages du film, qui interviennent pendant le spectacle. Ce sont ces séquences animées, d’Arthur, de Sélénia et de Maltazard qui permettent de voir les trois personnages évoluer à différents endroits de la salle.